Exploring the business case for implementing green-tech corporate strategies

Green Technology Journal

Subscribe to Green Technology Journal: eMailAlertsEmail Alerts newslettersWeekly Newsletters
Get Green Technology Journal: homepageHomepage mobileMobile rssRSS facebookFacebook twitterTwitter linkedinLinkedIn


Green Technology Journal Authors: Liz McMillan, Elizabeth White, Greg Schulz, Allison Thomas, Paul Miller

Related Topics: Green Technology Journal

Blog Feed Post

Le Cloud Computing, une excellente nouvelle pour l’économie durable et les changements climatiques

 

UN On climateLa conférence des Nations Unies sur les changements climatiques c’est terminée à Lima le 13 décembre 2014.

Une rapide recherche sur l’agenda de cette conférence m’a montré qu’il semble que le Cloud Computing n’a pas été l’un des thèmes traités, et c’est dommage.

DPC Green Computing SJ’ai une excellente nouvelle pour toutes les personnes qui se sentent concernées par les impacts potentiels du réchauffement climatique : le Cloud computing est l’un des meilleurs alliés de la planète terre :

  • Des centres de calculs industriels de plus en plus économes en énergies non renouvelables.
  • Des objets d’accès au Cloud légers, pérennes et faibles consommateurs d’énergie.

Le « Green IT » est un sujet d’actualité : basculer vers des solutions Cloud Computing est la meilleure manière de privilégier le Green IT.

  

Centres de calculs industriels et... écologiques 

GAMA logoTous les grands acteurs industriels du Cloud, Amazon, Apple, Google, Microsoft... ont des comportements de plus en plus responsables vis-à-vis de leur consommation d’énergie.

Ces entreprises s'appuient sur trois axes principaux d’action :

  • La réduction du PUE (Power Usage Effectiveness).
  • Un taux d’utilisation de leurs serveurs très élevé.
  • L’utilisation de sources d’énergie renouvelables.

Réduction du PUE

Le PUE mesure l’efficacité énergétique d’un centre de calcul ; c’est le ratio de toute l’énergie qui l’alimente par rapport à la consommation directe des serveurs. Le PUE idéal serait de 1, si 100 % de l’énergie servait uniquement pour les serveurs.

PUE average Google data centersCe graphique montre l’évolution du PUE des centres de calcul de Google. Entre 2008 et 2012, il est passé de 1,22 à 1,12.

Le PUE des « centres de calcul privés » des entreprises est en moyenne compris entre 1,6 et 1,8, quand ils sont bien gérés.

Taux d’utilisation des serveurs

Le principal reproche, justifié, que l’on fait au PUE comme indicateur d’efficacité et qu’il ne tient pas compte du taux d’utilisation des serveurs. 

Je vous propose donc une nouvelle mesure, le PUE-Usage, qui tient compte de ces deux paramètres en divisant le PUE par le taux d’utilisation des serveurs.

  • Si les serveurs sont utilisés à 20 % et que le PUE est de 1,5, le PUE-Usage est en réalité de 1,5 / 0,2 = 7,5.
  • Si le PUE est de 2, mais que les serveurs sont utilisés à 50 %, le PUE-Usage est de 4, bien meilleur que dans le premier cas.

La bonne nouvelle, c’est que les grands acteurs du Cloud ont des taux d’usage de leurs serveurs très élevés, qui dépassent le plus souvent 80 %.

Un bon exemple de cette efficacité est celui de la démarche suivie par AWS, Amazon Web Services, avec ses différents tarifs : son tarif « Spot Instance » permet à des clients d’utiliser les serveurs en payant moins cher quand la demande baisse.

AWS Spot instance : total usageComme le montre ce graphique, les tarifs spots permettent à AWS d’utiliser ses serveurs pratiquement à 100 %. Son PUE-Usage est donc le même que son PUE.

Utilisation de sources d’énergie renouvelables

Cela fait de nombreuses années que les grands du Cloud Public ont pris la décision de privilégier les énergies renouvelables, mais ce mouvement s’accélère depuis 2 ou 3 ans, l’objectif étant d’atteindre 100 %.

C’est de plus en plus le cas, comme le montrent ces deux exemples récents :

  • Apple a installé la plus grande ferme privée de panneaux solaires du monde pour son nouveau centre de calcul ; elle fournit 20 MW, 100 % de l’énergie électrique nécessaire.

Apple Solar Farm 20 MW

  • Google Wind FarmGoogle a démarré la construction d’un nouveau centre de calcul aux Pays-Bas ; 100 % de l’énergie électrique sera fournie par une nouvelle ferme de 18 éoliennes dont Google a acheté toute la production (62 MW) pour les 10 ans qui viennent.

 Des impacts majeurs sur les émissions de CO2

Lorsque les entreprises utilisent ces centres de calcul industriels en IaaS, Infrastructure as a Service, elles réduisent d’autant l’usage de leurs centres de calcul privés, beaucoup moins efficaces.

Pike Research Data Center GreenhouseL’étude réalisée par PIke Research, dont est extrait ce graphique, montre la différence entre deux scénarios :

  • BAU (Business As Usual) : les entreprises continuent à utiliser leurs centres de calcul privés.
  • Cloud Computing : les entreprises confient l’essentiel de la production de l’énergie informatique dont elles ont besoin aux grands industriels du Cloud Computing.

Le volume de CO2 émis passe de 110 M de tonnes en 2009 à 128 M en 2020 dans le scénario BAU et baisse à 79 M dans le scénario Cloud Computing.

        Ceci correspond à une réduction des émissions de CO2 de 60 % !

Personne ne s’en plaindra...

 

Objets d’accès au Cloud

DPC laptop smartphone tablet_s_64236593Les objets d’accès, PC, Macintosh, tablettes, smartphones... sont eux aussi consommateurs d’énergie et utilisent beaucoup de matières premières dont l’extraction est trop souvent dommageable pour l’environnement.

Les solutions Cloud / SaaS ont aussi un impact positif sur les objets d’accès ; les entreprises peuvent abandonner leurs options historiques, en fin de vie :

  • Les PC obèses, Windows-Office, dont le taux d’usage et minimal et qui consomment beaucoup d’énergie, inutilement.
  • Les solutions « Anorexiques », telles que Citrix, qui consomment encore plus d’énergie, car il est nécessaire d’acheter plus de serveurs pour faire fonctionner la partie « Client » des applications Client/Serveur.

Comme le montrent ces prévisions réalisées par le Gartner Group, en 2015, les PC traditionnels ne représenteront plus que 10 % des objets d’accès commercialisés.

Gartner total devices sold 2015Sur les 2 500 millions d’objets vendus, plus de 90 % seront mobiles : smartphones, tablettes, ultramobiles...

Ce seront surtout des objets d’accès « raisonnables » et respectueux de la planète : 

  • Capacité de stockage faible, comprise le plus souvent entre 16 et 128 Go, en technologie SSD/Flash, faible consommatrice en énergie électrique.
  • Processeurs de puissance raisonnables, économes en énergie, ARM en priorité. Les nouveaux processeurs Intel, eux aussi à faible consommation, commencent à équiper smartphones et tablettes.
  • Durée de vie utile de plus en plus longue : comme l’essentiel des applications vient du Cloud, sous forme de solutions SaaS, il n’est pas nécessaire d’augmenter en permanence la puissance des objets d’accès. Aujourd’hui :
  •     Un PC Windows peut être gardé un minimum de 5 années, quand les renouvellements étaient sur 3 ans auparavant.
  •     Tablettes et smartphones voient leur durée de vie passer de 18 mois ou 2 ans à 3 ou 4 ans. Je compte bien garder le smartphone moderne et économique Motorola G en version 4G, que je viens d’acheter pour 150 €, au moins 3 années.

DPC BYOD on Cloud S 63399429Un autre phénomène important peut encore améliorer cette évolution, la progressive acceptation des démarches BYOD (Bring Your Own Device) par les entreprises.

En permettant à un collaborateur d’utiliser le même PC portable, le même smartphone pour ses usages personnels et professionnels, le BYOD divise par deux le nombre d’objets d’accès que chacun doit acheter, maintenir et alimenter en énergie électrique.

Objets d’accès économes en énergie, à durée de vie de plus en plus longue, moins nombreux avec le BYOD... Merci, le Cloud Computing !

  

Cloud Computing : tous gagnants

DPC Green IT SIl n’est pas certain que les résultats de la conférence de Lima soient à la hauteur des espérances des 7 milliards de personnes qui cohabitent sur notre planète.

Par contre, les évolutions de l’industrie informatique vont dans le bon sens et nous serons tous gagnants chaque fois que le Cloud Computing augmentera sa présence dans nos entreprises :

  • Les informaticiens, qui pourront proposer des solutions fiables, économiques et respectueuses de la planète terre.
  • Les clients, internes et externes de l’informatique qui disposeront d’objets d’accès faiblement consommateurs d’énergie.
  • Les écologistes, qui voient que leur combat pour un monde meilleur est soutenu par toute une industrie. 

  

Résumé : Cloud Computing et écologie, meilleurs alliés du monde

DPC Keyboard with flowers S 39524230Nos amis écologistes vont tous devenir les plus grands fans de l’informatique dans les nuages !

Un chaleureux merci aux grands industriels du Cloud qui participent activement à la lutte contre le réchauffement climatique. 

J’espère que d’autres industries seront aussi efficaces dans ce combat pour un monde meilleur.

 

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.